Me Too I am Catherine Deneuve

Pierre Notte

Présentation

Me Too I am Catherine Deneuve de Pierre Notte
Date(s) :
du 17 avr 2012 au 28 avr 2012
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 21h30
Durée : 1h20

Alors déjà qu’elle n’était pas drôle, drôle, mais alors depuis qu’elle est Catherine Deneuve…

Une mère, dépassée, négocie comme elle peut les crises identitaires de ses enfants : l’une se découpe en morceaux en chantant, l’autre se réfugie dans le mutisme, la dernière choisit d’être Catherine Deneuve. Plus loin, le fantôme lamentable du père plane et chacun vit sa folie pour finir entre un cake au citron, un couteau de cuisine et un revolver.

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

The foremost purveyor of contemporary European drama in the city. The Chicago Tribune
Four Stars…. It’s a production whose small moments are likely to linger in the mind like something from a New Wave film. Time Out Chigaco

une pièce où le style mordant et poétique de la langue sert une tragi-comédie décapante / La Vie / J. Gayot

Distribution

Texte :
Traduction :
Mise en scène :
Musique :
Lumières :
Assistant décors :
Décors :
Assistant mise en scène :
Costumes :
Crédit Photo Visuel :

Coréalisation Les Déchargeurs / La compagnie de l’Intervention / Le Trap Door Theatre Chicago

Avec le soutien de DSN, Dieppe Scène Nationale.

Avec le partenariat de l'Institut Français, la Ville de Paris, la SACD, University of Chicago, FACE, Amba France et Yagg

Multimédia

Notes & extraits

Chicago, Atlanta, Washington… Automne 2011, j’assiste à la version américaine de ma pièce, qui reçoit un accueil des plus chaleureux sous la direction rigoureuse de Valéry Warnotte. Espace ouvert, cabaret. Une cuisine, le lieu domestique éventré en lupanar joyeux. Kitsch et stylisé. Le trap door théâtre s’empare des figures désastreuses de la petite famille française de Moi aussi, je suis Catherine Deneuve. Au piano : Gary Damico. Et une dizaine de chansons accompagnent par la voix si belle de Sadie Rogers la catastrophe intime. Beata Pilch, Holly Thomas, John Kahara, parfaits. Presque argentins. On ne sait jamais s’ils sont fous, méchants, malades ou honnêtement tiraillés par ce qu’ils voudraient être et ce qu’ils ne sont pas, ces drôles d’oiseaux perdus dans le mazout de leurs existences déraillées. Sur les rengaines familières d’un passé lointain, on chante comme on respire, mais on respire mal quand on ne chante plus. Valéry Warnotte confère à la pièce une déglingue vériste, une vérité déglinguée, un réalisme improbable, disons. Sur le plateau apparaît une humanité dansante et festive pour un petit monde que les drames de l’intimité domestique auraient pourtant tendance à plonger dans une immobilité mortifère. Il n’en est rien. Les comédiens s’inventent un appartement de Clichy où la panique prévaut sur la complaisance, où l’élégance de la drôlerie l’emporte joyeusement sur les pires horreurs.

Pierre Notte

Le Trap Door Theater est comme son nom l’indique, un petit endroit caché entre un restaurant et sa cuisine, situé dans le quartier de Bucktown à Chicago. Dirigé depuis sa création par Beata Pilch, il est surtout une troupe d’artistes et une famille de résistants face à l’oppression de la culture mainstream. L’équipe itinérante du Trap Door Theater s’installe en mars 1994 à Chicago, célèbre pour sa scène théâtrale alternative et innovante. En résidence dans un minuscule théâtre de soixante sièges, la compagnie du Trap Door a joué plus de soixante-dix productions. Entamant en 2011/12 sa quinzième saison, cette troupe atypique continue de provoquer l'éloge des critiques et catapulte son public dans un tourbillon d'activité, gardant les portes du théâtre ouvertes toute l’année.
En octobre 2010, j’ai répondu à leur invitation et à la proposition des services culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis et de l’Institut Français ; et les ai mis en scène dans un texte d’un auteur français traduit en anglais : Me Too I Am Catherine Deneuve de Pierre Notte. C’est le quatrième spectacle que je mets en scène et crée aux Etats-Unis. L’une des spécificités de mon travail est de faire traduire en anglais les pièces et univers d’auteurs français contemporains (Valère Novarina, Régis Jauffret, Olivier Coyette, Pierre Notte) et de les adapter avec des comédiens américains aux Etats-Unis. Chaque création a donné lieu à la venue des auteurs aux Etats-Unis, et à des évènements spécifiques et des rencontres avec le public américain, en lien avec les universités américaines et les services culturels des Ambassades de France de Chicago, Atlanta et Washington. Et pour la toute première fois, je présente ce spectacle avec la troupe du Trap Door en France, pour seize représentations.
Me Too I Am Catherine Deneuve de Pierre Notte est un spectacle qui présente la décomposition d’une famille entre une cuisine et un cabaret. En avril 2012, j’invite le spectateur à s’asseoir dans cette cuisine, face à ce petit cabaret, et à partager avec les comédiens du Trap Door l’intimité et les règlements de compte d’une famille pas comme les autres. Qu’est-ce qu’un cabaret, sinon la succession de morceaux divers et variés qui prend un malin plaisir à mélanger les genres ? Et c’est ce que je me suis amusé à faire avec eux : du mélo au stand up, en passant par le théâtre expressionniste puis psychologique, pour finir entre le pathétique et la comédie, le tout rythmé par une dizaine de chansons originales de Pierre Notte, réécrites et adaptées pour l’occasion par le talent et le pragmatisme américains.

Valéry Warnotte

Chanson duo, des mots de films.

Le fils.
Comme dit Belmondo à Deneuve
Dans La Sirène du Mississipi

Marie.
Vous regarder, c’est une joie, c’est une joie et une souffrance.

Le fils.
Comme dit Depardieu à Deneuve
Sur le plateau du Dernier métro

Marie.
Vous regarder, être auprès de vous, c’est à la fois une joie et une souffrance.

Le fils.
Comme dit Piccoli à Schneider
Dans la chanson des Choses de la vie

Marie.
Je t’aimais tant.

Le fils.
Comme dit Piccoli à Bardot
Dans l’une des premières scènes du Mépris

Marie.
Tendrement, totalement, tragiquement.

Le fils.
Comme dit Belmondo à Seberg
Dans le dernier plan de À bout de souffle

Marie.
La vie c’est vraiment dégueulasse.

Le fils.
Comme dit Delphine Seyrig dans India song en voix off.

Marie.
Une certaine douleur... s’attache à la musique, ces derniers temps, pour moi.

La mère.
(Murmurant à sa fille) Te regarder, c’est une joie, tu comprends, c’est tellement une joie et puis c’est une souffrance aussi. C’est une joie et une souffrance à la fois. Ma petite fille, je t’aimais tant, tendrement, totalement, tragiquement comme on pourrait dire. Ma pauvre petite fille. La vie c’est vraiment dégueulasse.