Les Copains d’abord, hommage à Georges Brassens

Georges Brassens

Présentation

Les Copains d’abord, hommage à Georges Brassens de Georges Brassens
Date(s) :
du 10 mar 2012 au 28 avr 2012
/
du 3 juil 2012 au 2 aoû 2012
Mardi
Mercredi
Jeudi
Samedi
à 18h00 et 21h30
Durée : 1h05

Jamais je ne serais monté sur scène si quelqu’un avait chanté mes chansons…
Georges Brassens

L’homme et le poète Brassens vus à travers un spectacle musical qui mélange chansons, textes interprétés, souvenirs du poète, entretiens et anecdotes…

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

Un bel hommage / Télérama
L'alchimie entre Ludo Cabosse, Erikel et Olivier Lacut fonctionne à merveille pour le plus grand bonheur des spectateurs. On donne le rythme en frappant dans les mains, on rit et on fredonne avec eux / Télé Poche
Un spectacle intergénérationnel composé de solos, duos trios (...) évocateurs de souvenirs / Tous Montreuil

Distribution

Mise en scène :
Lumières :
Crédit Photo Visuel :

Coréalisation Les Déchargeurs / Cie Olivier Lacut

Multimédia

 
00:00

Notes & extraits

Je ne crois pas en Dieu mais s’il existe, je ne pense pas qu’il me reprochera d’avoir douté de lui.

La mort des gens que j’aime et le thème de la mort se sont mélangés très vite. Alors il m’est très difficile d’en parler.

Je suis né avec Django Reinhardt, avec Armstrong… je suis un forcené de la musique de Jazz

Lino Ventura s’est promis de manger des pâtes à mon enterrement…parce qu’il est très superstitieux.

Un jour je mourrai et le lendemain on ne me verra plus, mais je ne ferai pas d’adieu.
Et, sauf le respect que je vous dois, j’ai rendez-vous avec vous…

Georges Brassens

Chers spectateurs et spectatrices,
Nous continuons l’aventure…
Je rêvais un jour de former cette équipe artistique, de retrouver Erikel et Ludo Cabosse en scène, comme disait Léo Ferré lors du fameux entretien avec Jacques Brel et Georges Brassens, pour faire « la parade entre copains »…
C’est chose faite.
Grâce à Georges Brassens, nous allons voyager dans un univers musical et théâtral.
Nous avons maintenant l’envie de partager avec vous nos choix de chansons, de textes…
Nous avons fait confiance, je l’espère, à nos subjectivités respectives…
Nous avons donc l’audace d’aller à votre rencontre…
J’aimerais citer Jacques Prévert qui écrivait :
Brassens
Il ne demandait rien à personne, tout le monde l’a écouté.
Il avait quelque chose à dire, à rire, à chanter et même quelque fois à pleurer.
La plupart lui en ont su gré.
Tout est dit…
Peut-être juste ajouter que depuis le 26 novembre 2011, date de la création du spectacle à l’Espace Carpeaux de Courbevoie, nous continuons cette aventure avec grand plaisir au Théâtre les Déchargeurs, depuis le 2 décembre 2011.
Aujourd’hui nous reprenons le spectacle dans une version plus longue en deux parties Face A / Face B, jouées en alternance, avec des nouveautés et la possibilité pour vous de voir l’une ou l’autre ou les deux parties, pour deux fois plus de plaisir !

Enfin, vous dire qu’il n’est pas interdit de chanter pendant les représentations…

Olivier Lacut

Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Qu'on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en pèr' peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord
Les Copains d'abord

Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux
Auprès de mon arbre

Mourir pour des idées, l'idée est excellente
Moi j'ai failli mourir de ne l'avoir pas eu
Car tous ceux qui l'avaient, multitude accablante
En hurlant à la mort me sont tombés dessus
Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,
D'accord, mais de mort lente
Mourir pour des idées

Les sabots d'Hélène
Etaient tout crottés
Les trois capitaines
L'auraient appelée vilaine
Et la pauvre Hélène
Etait comme une âme en peine
Ne cherche plus longtemps de fontaine
Toi qui as besoin d'eau
Ne cherche plus, aux larmes d'Hélène
Va-t'en remplir ton seau
Les Sabots d’Hélène