Je joue donc je suis

Morgane Gauvin

Je ne suis pas parisienne…mais je me soigne. D'origine bretonne, née à Paris, j’ai changé de pays comme on change de classe à l’école…

Présentation

Je joue donc je suis de Morgane Gauvin
Date(s) :
du 26 juin 2015 au 18 juil 2015
Vendredi
Samedi
à 21h30
Durée : 1h20

Je ne suis pas parisienne…mais je me soigne. D'origine bretonne, née à Paris, j’ai changé de pays comme on change de classe à l’école…

Empreinte de la Génération "Y", baladée des Philippines en Malaisie, de Singapour au Gabon, du Liban à Dubaï, Morgane nous embarque avec elle. Elle danse, chante, rit de son enfance, de ses voyages et interroge la bretonne qu’elle est.

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

Distribution

Mise en scène :
Comédien(s) :
Assistant mise en scène :
Costumes :

Morgane Gauvin en accord avec Les Déchargeurs

Multimédia

 
00:00

Notes & extraits

MOT DE L'AUTEUR

Ce projet devient possible grâce à mon retour en France depuis maintenant 6 ans. J’ai appris à connaitre mon pays d’origine que j’ai quitté étant enfant et j’ai voulu écrire mon histoire. Que reste t-il de ce long périple ? Des questions, des douleurs, du bonheur… Je combats pour la vie malgré les chutes et malgré ce qui ne nous convient pas. La lumière auquel je crois et qui permet de se relever et de voler encore plus haut, me pousse à jouer encore et encore, d’où le titre Je joue donc je suis, comme si la vie était impossible sans cette espace de liberté et de rêve que m’autorise le théâtre..

Morgane Gauvin

MOT DU METTEUR EN SCÈNE

Dans mon processus de création je me base sur la vérité, je cherche à reproduire du vrai et non du semblant. Dans mes précédents projets je travaillais avec les acteurs de sorte à ce qu’ils jouent leur vie sur un plateau. De ce fait, je me suis demandée pourquoi ne pas incarner ma propre vie. Ceci s’inscrit dans ma vision d’authenticité absolue pour rendre les choses plus puissantes et plus proches du cœur.

Plateau nu, la lumière et la vidéo accompagnent chaque étape de la vie du personnage sur scène et chaque émotion qu’elle traverse. Comme une seconde peau la vidéo se confond sur le corps de la comédienne. Les chorégraphies prennent tout l’espace pour exprimer l’enfance, l’amour, le manque d’un pays. La vidéo n’est pas illustrative mais un véritable partenaire de jeux. Je vois le monde comme ca, en mouvement permanent, en couleurs, en virtualité.

L’écriture, la parole sont au cœur du projet mais aussi le chant, la danse où le corps exprime des émotions et sensations qui ne se disent pas autrement.

Morgane Gauvin

EXTRAITS

(…) De toute façon je ne suis pas Parisienne... d’origine je veux dire.
C’est vrai, on vient tous de quelque part, on a tous une origine mais alors je ne sais pas si vous avez remarqué mais on a souvent honte de dire d’où on vient.
Par exemple, moi, quand on me demande : « Tu es de quelle origine » et que je réponds « Bretonne ! » ca le fait pas du tout. Quand tu as 25 ans et que tu es en boite de nuit, tu vends pas du rêve… Tu vends des galettes, du beurre bordier et des andouilles de Guémené mais tu vends pas du glam !
Je préfèrerais dire que j’ai des origines brésilienne ou libanaise tu vois quelque chose de solaire plutôt que « Bretonne », avec le tablier, les joues rouges, la bigoudène et le biniou là ! Ca ne va pas !!! C’est tout de suite l’image qui me vient en fait. Non mais sérieux, à Paris en plus quand tu dis que tu es bretonne tout de suite on te demande :
- Tu connais pas une bonne crêperie ?!
Par ce que le problème avec l’origine c’est quand elle ne vous ressemble pas… là (montre le cœur) (…)