Alex LB - Indocile

Alex LB

Présentation

Alex LB - Indocile d' Alex LB
Date(s) : du 6 avr 2017 au 13 juil 2017
Jeudi
à 21h30
Durée : 1h15

La promesse d’une nuit de Rock, de confidences, de rencontres improbables, qui finirait au jour levant…

Break up ouvre le bal comme on ouvre les portes d’un club de rock américain et donne le ton de la passion, fort et troublant. Avec Baby, c’est un coup de vernis sur la nuit qui s’emballe et qui met en lumière un éphèbe à la sexualité complexe et assumée… Puis vient Le nouveau monde qui explose aux oreilles, éblouissant comme le soleil des petits matins L’éponyme Indocile vous emmène vers Alex et le reflet de son intimité profonde. Dans ce climat revu pour l’occasion, Alex propose plusieurs titres inédits, confirme sa fidélité à David Bowie et assume son petit «je ne sais quoi» de Chrissie Hynde.

Informations sur le lieu

Salle La Bohème
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris, IdF

Distribution

Coréalisation Les Déchargeurs / Le Pôle - Alex LB

Notes & extraits

INDOCILE / Alex LB

Pluie de questions rouille mon esprit Sale sensation plus qu’un ennui
L’eau se mêle en mon sang, tape au creux du tympan d’un son grave et latent, coule en gouttes de sel...
Couleur de fond traces de bleu - gris Loin des saisons, Mélancolie...
Liquide froid et troublant en un « moi » dégoûtant forme l’armure d’argent, qui étouffe l’étincelle
Indocile
Dans des voies dispersées L’imbécile
A du mal à marcher
Infantile
Quand la lueur parait Inutile
déni de ce qui est...
Cachette d’éclats,
confort pour l’ombre... Rouge délicat
Leurre pour l’heure sombre
Crayon gras sur la peau, comme la chair sur les os, une palette de sanglots noyée dans du fard
Indocile
Dans des voies dispersées L’imbécile
A du mal à marcher
Infantile
Quand la lueur parait Inutile
déni de ce qui est...
Entortillée de folie douce / amère La volonté se part pour s’en défaire
Indocile
Dans des voies dispersées L’imbécile
A du mal à marcher
Infantile
Quand la lueur parait Inutile
déni de ce qui est...

LES MANEGES ETEINTS / Alex LB

J’ai essayé d’avancer contre marées et vents,
Sauter le creux de la vague mais j’suis tombée dedans... M’agripper à quelques rêves dont j’ai perdu le fil, Détacher de mes pensées quelques idées faciles...
Je voulais tout prendre à bras-le corps mais je me suis emmêlée... Conquérir le monde et c’est à l’Ouest que j’suis allée.
J’ai croisé le fer avec bon nombre d’abrutis,
Remporté des tas de coupes remplies jusqu’à la lie...
Puis je t’ai trouvé toi
Qui comprends mes émois, T’arrives à faire valser
Mes faux-pas, mes ratés Tu sais me prendre...
Sur toi
J’peux compter cent mille fois, Quand je tourne sans les mains Dans des manèges éteints
Tu me fais descendre.
Je m’en suis vu par moment des verts et des trop mûres, Qu’importe leur nature c’est parti en déconfiture...
On peut s’égarer, parfois le coeur n’a pas raison,
Faut prendre ses jambes à son cou et changer de direction...
Et c’est vers toi
Que je reviens chaque fois, T’arrives à faire valser
Mes faux-pas, mes ratés Tu sais me prendre...
Sur toi
J’peux compter cent mille fois, Quand je tourne sans les mains Dans des manèges éteints
Tu me fais descendre.
J’attends midi à ma porte et je n’ouvre qu’au mauvais temps... La roue tourne et tourne de sorte qu’elle se voile contre le vent...
Je t’ai toi
Qui comprends mes émois, T’arrives à faire valser
Mes faux-pas, mes ratés Tu sais me prendre....
Sur toi
J’peux compter cent mille fois, Quand je tourne sans les mains Dans des manèges éteints...
C’est vers toi
que je reviens chaque fois, T’arrives à faire valser
Mes faux-pas, mes ratés Tu sais me prendre...