La Presse

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Saison Hors-Les-Murs 2014/15
Les Pâtissières
Il y a dans ce spectacle quelque chose proche de la perfection (...) une mise en scène très fine (...), l'excellent écrivain Jean-Marie Piemme (...) trois merveilleuses interprètes.
Les trois comédiennes sont confondantes de naturel et de bonhomie. Elles jouent avec gourmandise des mots qui semblent être écrits pour elles. Le spectateur se régale, jusqu'au dessert.
Il se dégage une tendresse joliment emballée par les lumières (...) sur scène, elles nous ont tout simplement ré-ga-lés.
Elles sont parfaites ces trois jolies pâtissières. Les comédiennes sont délicieuses, complices, drôles, acides et très bien dirigées par Nabil El Azan. TT
Cette comédie délicieusement grinçante (...) un réjouissant moment de théâtre. Qu’il faut assurément aller goûter!
Faire danser les alligators sur la flûte de Pan
Lavant donne à voir un Céline qui s’auto-détruit dans le feu de la création qui le brûle, en même temps qu’il offre une performance d’acteur. Brillamment incarné, ce rat en cage enfermé dans sa chambre et ses obsessions, ressasse donc, ressasse sans cesse
Denis Lavant est prodigieux en docteur Destouches alias Céline. […] L’acteur, sur le plateau, fait entendre une langue puissante, charnue, jubilatoire. / Télérama
Restituée par Lavant qui donne à entendre pleinement, splendidement, cette langue, l'écriture célinienne vibre de tous ses tréfonds et de son épaisseur grasseyante. Son interprétation est prodigieuse
Denis Lavant est prodigieux en docteur Destouches alias Céline. […] L’acteur, sur le plateau, fait entendre une langue puissante, charnue, jubilatoire
Denis Lavant, acteur de génie, tout en lui est crédible. Il opère une transsubstantiation infiniment mémorable / L’Humanité
Le comédien restitue pleinement, splendidement, cette langue, son interprétation est prodigieuse / JDD
Denis Lavant subjugue les spectateurs. Un Denis Lavant sidérant
C’est noël tant pis
Le Bavard
Dans une interprétation d'une grande finesse, le comédien montre toutes les failles, les souffrances que l'auteur a mis dans son œuvre. A (re)découvrir !
C'est du grand art. Robert Plagnol, présence et charme, est un narrateur envoûtant, solaire et inquiétant. Un pur moment de théâtre vivant, vif et drôle. / Le Figaroscope
Saison 2015/2016
François d’Assise
Voyage dans les mémoires d’un fou
Pessoa, voyages de l'insomniaque
La mise en scène de Laetitia Lambert restitue fort habilement toute la plume exaltée du poète.
L'interprétation est simple, fine, sans effets. Le spectacle constitue une belle plongée dans l'écriture du poète portugais.
Laetitia Lambert dirige avec précision Olivier Broda. "Pessoa, voyages de l’insomniaque" est un beau moment, interprété par un comédien impeccable.
Le chant des coquelicots
Un doux moment de théâtre, justesse des émotions et du jeu des acteurs / AuBalcon.fr
Exceptionnelle inventivité. Considérable travail de collecte de témoignages. Une histoire simple, et en apparence banale, mais qui peut toucher chacun(e) d’entre nous par sa portée universelle et son message d’espoir
Nature morte avec sexe d'ange
Pièce intrigante qui mérite d'être vue / Figaroscope
Une pièce très bien jouée / AuBalcon.fr
King Kong Théorie
Emmanuelle Jacquemard transcende avec intelligence et inventivité la mise en scène, une brillante adaptation. Le jeu des comédiennes est impressionnant et désarmant de justesse / Culture Box
Mohicans
C’est une pièce indispensable
Mise au vert
Alejandra Ribera
Poivre et sel
Le Bavard
Saison 2014/2015
les liaisons dangereuses
Un obus dans le cœur
Grégori Baquet, en Perceval, conquiert le Graal. Comme une vague de lames qui a envahi une audience conquise.
Magnifique spectacle, Grégori Baquet est bouleversant ! / Pariscope
Peau de vaches
Cette pièce de théâtre nous invite à réfléchir sur la manière dont nous (mal)traitons nos amies les vaches. Drôle... et terriblement émouvant.
Les escargots sans...
Juliette Blanche, excellente comédienne, Andy Cocq interprète avec talent tous les personnages, Charles Templon signe une mise en scène vive. / M.C Nivière

Pages