Jana Klein

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Après une formation au cours de Véronique Nordey (1999-2002) et de multiples stages en danse contemporaine, avec comme professeurs Mohamed Ahmada et Peter Goss, vocal avec Roy Hart Theatre et Haïm Isaacs, du nu au théâtre avec Jean-Michel Rabeux (Théâtre de la Bastille) et en training jeu caméra avec Patricia Sterlin, Jana Klein poursuit son parcours au théâtre, en tant qu'interprète, dans des pièces telles que La Maison de Bernarda Alba de Federico García Lorca, mise en scène Guillaume Bouchède (Théâtre du Nord-Ouest, Paris, 2006), La Chambre 100, de et mise en scène Vincent Ecrepont (Théâtre du Beauvaisis, L’Avant-Scène - Théâtre de Colombes, Festival Off d’Avignon, tournée nationale et internationale, Célestins, Théâtre de Lyon, 2006-2016), Calibre 38, de et mise en scène Frédéric Mauvignier/Moreau (La Générale Nord-Est, Paris, 2011), Faire, de et mise en scène Frédéric Mauvignier/Moreau (Le Colombier Bagnolet, 2012), Hapax, inspiré du journal de Witold Gombrowicz, mise en scène Perrine Mornay (Ramdam Lyon, La Ferme du Buisson, Le Colombier Bagnolet, 2012), Les trois sœurs casseroles de Marie Nimier, mise en scène Patrick Verschueren (Fabrique Ephéméride, Val de Rueil, 2013), Monument aux vivants, performance, Collectif Impatience (Collectif 12, Mantes-la-Jolie, 2014), Orgie de Pier Paolo Pasolini, mise en scène Sylvain Martin (Maison de la Culture de Genneviliers, 2015), Confessions d’une masochiste de Roman Sikora, mise en scène Patrick Verschueren (Château de la Roche Guyon, La Factorie, tournée Macédoine, Albanie, 2015), Cette présence… (MD ante utero), conception Noémie Fargier (La Loge, Paris, 2015, Gare au Théâtre, Vitry, 2014), Une fille sans personne, texte et conception Carine Lacroix (Maison des Métallos, Paris, 2016).