Guillaume Weill-Raynal

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Présentation :

Guillaume Weill-Raynal est issu du Conservatoire municipal d’Art dramatique des 6ème et 10ème arrondissements de Paris, où il apprend avec Jean-Louis Bihoreau et Jean-Pierre Martino (1976-1982).

Il débute sa carrière au festival de la Foire Saint-Germain dans XVIIIème sur cour et jardin, mise en scène Jean-Louis Bihoreau et Jean-Pierre Martino (1978), Boulevard du crime, mise en scène Jean-Louis Bihoreau et Jean-Pierre Martino (1979), Il y a un après à Saint-Germain-des-Prés, mise en scène Jean-Pierre Martino (1980). Il interprète ensuite Boulevard du crime (Festival du Carreau du temple, 1981 - Festival des nuits de l'hôtel de Gouthière, 1982), Mais n’te promène donc pas toute nue de Georges Feydeau, mise en scène Henri Lazarini (Théâtre du Ministère de l’économie et des finances, Paris, 2001), La Belle vie de Jean Anouilh, mise en scène Henri Lazarini (Palais de justice de Paris, bibliothèque de l’Ordre des avocats, Paris, 2002) et Britannicus de Jean Racine, mise en scène Bernard Belin (Espace Saint Honoré, 2012). En parallèle il écrit Une Haine imaginaire ? (Editions Armand Colin, 2005), Les Nouveaux désinformateurs (Editions Armand Colin, 2007), Israël-Palestine : l’impossible débat (Editions du Cygne, 2012), Suite 2806 (Editions La Tengo, 2012), Pour en finir avec l’affaire Al Dura (Editions du Cygne, 2013), De quelle couleur sont les Blancs ? (Editions La Découverte, 2013). Aujourd'hui, il est membre de la rédaction de New African et African Business (Groupe IC Publications).